Sauvayre R. (2019), « Fin(s) du monde : les conditions du succès », in Gauvrit N. & Delouvée S. (dir.), Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Presses Universitaires de France, p. 139-158.

Lire en ligne

Résumé
Depuis des siècles, notre histoire est rythmée par des prédictions annonçant la fin du monde. Ces prophéties génèrent des effets divers sur ceux qui s’en saisissent. Qu’ils soient athées, croyants, profanes, chercheurs ou journalistes, elles ne laissent pas indifférentes. Les sentiments qu’elles suscitent vont de l’inquiétude à la peur en passant par la curiosité, l’indignation ou la moquerie. Même si chaque prophétie se révèle systématiquement démentie par les faits, d’autres ne manquent pas d’être annoncées et suivies par une partie de la population. Les ressorts de ce succès répété seront examinés ici. Qu’est-ce qui amène une catastrophe annoncée à être attendue par la population et relayée par la presse ? Quelles sont les conditions du succès d’une prophétie dont l’échec semble pourtant inévitable ? 
Afin de mettre au jour la récurrence des prédictions portant sur la fin du monde, nous présenterons en premier lieu les différents types d’annonces prophétiques. Puis, en second lieu, nous examinerons leur succès, lors de la dernière décennie, auprès des internautes, ainsi que leur relais par la presse écrite. Cela nous mènera, en troisième lieu, à énoncer les conditions nécessaires concourant à la genèse d’un engouement majeur pour la fin du monde, à savoir les conditions du succès d’une prophétie apocalyptique.